MARRAINE

Marraine Nabila «Si vous saviez quel bonheur j’ai eu au moment où Vues d’Afrique m’a offert d’être la marraine de son 29ème Festival international de cinéma! J’ai tout de suite dit : « oui, je le veux et je l’ai toujours voulu ». Je l’avoue, c’était l’un de mes rêves à mon arrivée au Québec, il y a maintenant 17 ans.
Lorsque j’ai assisté pour la première fois, en 1996, à la soirée declôture du festival, j’étais alors assistante monteuse sur un long-métrage documentaire qui a gagné le prix Regards Canadiens. J’ai automatiquement senti la volonté d’un jour représenter cet évènement spécial qui, chaque année avec plaisir, nous permet de découvrir la diversité et les richesses des cultures africaines, tout en honorant leurs cinéastes, artistes et créateurs. Ce désir n’est pas seulement dû au fait que je suis moi-même originaire de l’Afrique du Nord et que je me réjouis de voir ma culture rayonner en Amérique du Nord, mais aussi parce que je suis profondément touchée de constater que cet évènement a permis à plusieurs personnes au fil des ans de changer positivement leurs regards vis-à-vis des Noirs.

Comme je crois toujours que "chaque chose arrive à son temps’’, avec mon parcours et l’expérience que j’ai acquise au Québec depuis 17 ans, je me sens aujourd’hui digne de représenter la 29ème édition de cet évènement si important. Presque 30 ans d’existence déjà, c’est quelque chose, non? C’est la preuve que le festival est maintenant indispensable à la société québécoise. Et suite aux mouvements populaires des deux dernières années dans certains pays africains qui revendiquent la liberté, la dignité et la démocratie, je crois qu’on assistera à plusieurs créations surprenantes qui sauront nous émouvoir avec leurs sujets intéressants et leurs histoires si passionnantes.

Alors, au grand plaisir de partager avec vous les merveilles de Vues d’Afrique !
»

Nabila Ben Youssef

PARRAIN

parrain

 «Je vais vous raconter l’histoire d’un enfant né au cœur de la luxuriante forêt du Congo. Déjà à l’époque, on disait du continent africain à peine sorti de la colonisation qu’il était « mal parti ». Et c’était dit sur un air entendu, comme une évidence, comme une fatalité écrite d’avance.

Où est-ce que le jeune enfant allait pouvoir trouver foi en l’avenir, espoir en l’humanité ?

Dans les artistes du continent bien sûr !

Car bien avant tout le monde, les artistes d’Afrique avaient commencé à donner voix et vue d’un continent méconnu. Poètes de la fierté, chanteurs de la joie de vivre, sculpteurs d’un passé glorieux et tant de rêveurs d’un futur possible.

Cette année, pour une 29èmefois, le Festival Vues d’Afrique va s’offrir en écrin pour toutes ces œuvres d’artistes et témoins d’Afrique et du monde créole. 29 ans que l’équipe du Festival nous invite à voir, apprendre, découvrir, redécouvrir et entendre ces voix si peu souvent relayées. 29 ans d’émotion, de rires, de fascination, d’enchantement, de réflexion et de prise de conscience. 29 ans à braver les vents contraires et à devancer tous les médias dans la compréhension de tous ces soubresauts populaires qui parcourent l’Afrique. Oui, 29 ans à être pionnier, quitte à courir le risque d’être incompris, le Festival n’a jamais baissé les bras.

Les années ont passé. Le jeune garçon de la forêt congolaise est devenu journaliste, témoin d’un monde en mutation.

Il n’a cependant jamais oublié, s’est toujours souvenu de ceux qui lui ont donné la conscience du possible et s’est toujours promis de lever le chapeau à ces cinéastes et artistes qu’il admire.

Imaginez alors sa fierté lorsqu’il lui fut offert d’être associé à la 29e édition du Festival Vues d’Afrique en qualité de parrain de l’événement. Pouvait-il imaginer plus grand honneur?

C’est avec enthousiasme que j’ai donc dit OUI au Festival.

Je vous y attends et je vous souhaite BON FESTIVAL!»

François Bugingo

Si vous saviez quel bonheur j’ai eu au moment où Vues d’Afrique m’a offert d’être la marraine de son 29ème Festival international de cinéma! J’ai tout de suite dit : « oui, je le veux et je l’ai toujours voulu ». Je l’avoue, c’était l’un de mes rêves à mon arrivée au Québec, il y a maintenant 17 ans.
Lorsque j’ai assisté pour la première fois, en 1996, à la soirée declôture du festival, j’étais alors assistante monteuse sur un long-métrage documentaire qui a gagné le prix Regards Canadiens. J’ai automatiquement senti la volonté d’un jour représenter cet évènement spécial qui, chaque année avec plaisir, nous permet de découvrir la diversité et les richesses des cultures africaines, tout en honorant leurs cinéastes, artistes et créateurs. Ce désir n’est pas seulement dû au fait que je suis moi-même originaire de l’Afrique du Nord et que je me réjouis de voir ma culture rayonner en Amérique du Nord, mais aussi parce que je suis profondément touchée de constater que cet évènement a permis à plusieurs personnes au fil des ans de changer positivement leurs regards vis-à-vis des Noirs.

Comme je crois toujours que "chaque chose arrive à son temps’’, avec mon parcours et l’expérience que j’ai acquise au Québec depuis 17 ans, je me sens aujourd’hui digne de représenter la 29ème édition de cet évènement si important. Presque 30 ans d’existence déjà, c’est quelque chose, non? C’est la preuve que le festival est maintenant indispensable à la société québécoise. Et suite aux mouvements populaires des deux dernières années dans certains pays africains qui revendiquent la liberté, la dignité et la démocratie, je crois qu’on assistera à plusieurs créations surprenantes qui sauront nous émouvoir avec leurs sujets intéressants et leurs histoires si passionnantes.

Alors, au grand plaisir de partager avec vous les merveilles de Vues d’Afrique ! 

Nabila Ben Youssef